TCF



CLIQUEZ ICI  POUR ACCÉDER AU SITE DE "THE CONVERSATION FRANCE"
À partir de ce site, inscrivez-vous comme lecteur pour recevoir régulièrement les éditions nouvelles. Il sera temps ensuite de vous inscrire comme auteur lorsque vous aurez une idée intéressante de publication à partager avec le plus grand nombre. Si vous souhaitez échanger avec les responsables du groupe de travail sur "The Conversation" à l'Université de Lorraine, passez un message à l'adresse suivante :  gt-theconversation@univ-lorraine.fr.

LES NOUVELLES DE LA SEMAINE...

Les articles de "The Conversation" relèvent de disciplines variées. Tous sont écrits par des universitaires, jeunes ou moins jeunes... y compris des professeurs émérites, bien entendu. Dans cette mission de rédaction, l'Université de Lorraine n'est pas en reste, ce qui est la moindre des chose compte tenu de son statut de Membre Fondateur du site.

Découvrez ci-dessous les articles marquants de la semaine du 18 au 25 mars 2017.

Éducation

Wikipedia par l’anecdote : l’article d’Alain Marleix revisité
Alexandre Hocquet, Université de Lorraine
"Enseigner Wikipédia par les anecdotes" est une série d’histoires en vidéos/textes/liens à regarder/lire/cliquer pour comprendre les rouages de l’encyclopédie "libre que chacun peut améliorer".
Peut-on décrire les processus créatifs ?
Richard-Emmanuel Eastes, Université de Genève
Si les neurosciences peinent encore à décrire les états cognitifs liés à la créativité, il reste possible d’imaginer des approches pédagogiques destinées à en stimuler les différentes dimensions.
Se plonger dans le passé pour éclairer les questions éducatives
Laurent Trémel, Université de Rouen Normandie
Les réformes en matière éducative se fondent sur différentes idéologies. Un regard sur le patrimoine éducatif permet de mieux comprendre ces cheminements, toujours d’actualité.

Politique + Société

Les "primo-votants" de 2017, entre défiance et recomposition politique
Anne Muxel, Sciences Po – USPC
Bien qu’assez largement intéressés par l’élection présidentielle (73 %), les plus jeunes ne manifestent pas de réels signes de mobilisation pour la campagne telle qu’elle se déroule.Les primaires, progrès ou recul de la démocratie ?
Pierre Bréchon, Sciences Po Grenoble
Même si les primaires ont été créées pour des raisons pragmatiques et avec nombre de calculs sous-jacents, leur succès populaire rendra difficile tout retour en arrière pour les partis.
Pour comprendre les enjeux de la réforme de santé des Républicains
Jean-Éric Branaa, Université Paris II Panthéon-Assas
Avec le nouveau système, il vaudra mieux être jeune, en bonne santé et vivre dans un État tel que le Massachusetts plutôt qu'être plus âgé, avec quelques pépins de santé et vivre en Arizona.
L’administration Trump découvre l’Asie du Nord : vers l’Orient compliqué
Marianne Peron-Doise, Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM)
Au stade d’isolement auquel est parvenu le régime de Pyongyang, ayant même lassé la Chine, l’arme nucléaire constitue sa seule garantie de survie et on voit mal comment il accepterait de s’en défaire.

Environnement + Énergie

Podcast : les quatre saisons de la pollution de l’air
Véronique Riffault, IMT Lille Douai – Institut Mines-Télécom
Les polluants de l’air varient selon les moments de l’année. Véronique Riffault revient sur cette saisonnalité.
Au Cameroun, un projet de cartographie interactive pour aider les habitants à sauvegarder la forêt
Arend de Haas, University of Buea
Dans les montagnes camerounaises, plusieurs associations mènent avec les communautés locales des projets de suivi et de protection de la forêt tropicale grâce à des outils interactifs.
Changement climatique : la société civile multiplie les actions en justice
Marta Torre-Schaub, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Depuis 2015, des actions en justice initiées par des citoyens et des ONG pour exiger des autorités qu’elles s’engagent contre le réchauffement climatique se sont multipliés partout dans le monde.

Arts + Culture

Des punaises nommées d’après l’univers de Tolkien
Romain Garrouste, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités
Tamolia ancalogon, Acledra nazgul... L’univers de JRR Tolkien inspire les scientifiques quand il s’agit de baptiser de "nouvelles espèces". Pourquoi un tel engouement ?
En Égypte, la nature version kitsch
Vincent Battesti, Centre national de la recherche scientifique (CNRS)
Sur les murs des habitations et des cafés égyptiens fleurissent d’improbables posters qui en disent long sur l’imaginaire local.

Économie + Entreprise

Comment les syndicats sont utiles aux salariés… et aussi aux entreprises
Patrice Laroche, Université de Lorraine
Contrairement aux idées reçues, les mesures obtenues par les syndicats ne sont pas nécessairement contraires aux intérêts économiques des entreprises. Il faut donner un nouvel élan au syndicalisme.
Un manager a-t-il le droit de créer ?
Raffi Duymedjian, Grenoble École de Management (GEM); Jean-Marc Pistorello, Grenoble École de Management (GEM)
À la question "que créez-vous ?" nombre de managers ne savent quoi répondre ? Est-ce parce que l’entreprise leur interdit d’être des créateurs ? Et que lui apporteraient des managers créateurs ?Des "clauses Molière" sur les chantiers : protectionnisme et discrimination déguisés
Michel Miné, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)
Des clauses imposant la capacité des salariés à s’exprimer en français sont annoncées ou déjà mises en œuvre par des collectivités territoriales pour l’attribution des marchés publics de travaux.

Santé + Médecine

Les perturbateurs endocriniens, une menace pour notre intelligence
Barbara Demeneix, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités
Les produits chimiques présents dans notre environnement affectent le cerveau en construction du fœtus. Une nouvelle expérience montre de quelle manière ils interfèrent.
La cirrhose n’est pas irréversible
Stanislas Pol, Université Paris Descartes – USPC
En vingt ans, les preuves d’un retour possible du foie à la normale se sont accumulées. Au point que les chercheurs ne se demandent plus si la cirrhose est réversible, mais sous quelles conditions.

Science + Technologie

Déformation crânienne : pratiquée par les Incas, elle est aussi coutume universelle
Jérome Thomas, Université de Montpellier
Les déformations crâniennes portent en elles les stigmates de sociétés dites "peu évoluées" ; en réalité, il s’agit d’une pratique universelle dont la connotation spirituelle est indéniable.
La cybercinétose, ou le mal des casques de réalité virtuelle
Benoit Bardy, Université de Montpellier
Mal au cœur, à la tête… Un bon nombre d’entre nous ne se sentent pas bien en enfilant un casque de réalité virtuelle. Cela s’appelle la cybercinétose et il y a des moyens d’y pallier.







UNE NOUVELLE FORMULE DE PUBLICATION

"The Conversation" est un site collaboratif où journalistes, universitaires et chercheurs écrivent ensemble des articles de qualité, gratuits et republiables. Ses rubriques sont, bien entendu, ouvertes aux Émérites de toutes disciplines. Ecrire dans ce site n'empêche pas de continuer à publier dans les grands journaux scientifiques qui nous sont plus familiers. Dans ce nouveau média, les articles sont courts, dédiés à la vulgarisation scientifique et si possible en relation avec des sujets d'actualité. Le média offre aux lecteurs un service d'information de qualité, crédible et gratuit. Dans un monde où la désinformation et la mise en scène de l'information sont des pratiques courantes, il contribue à un discours démocratique plus sain en plaçant des faits et du contenu de qualité dans l'arène publique.

Les articles publiés dans "The Conversation"
 relèvent de disciplines très variées, comme
celui consacré aux livres rares de la bibliothèque
de Saint-Dié-des-Vosges.
CLIQUEZ ICI  pour y accéder
Les articles émanent de chercheurs qui sont des experts dans leurs domaines, les journalismes étant là pour aider les auteurs à mettre en forme leur publication dans un esprit éthique et responsable. "The Conversation" forme, au niveau international, un réseau global de diffusion du savoir, avec 90 journalistes qui travaillent en collaboration avec plus de 39 000 experts, enseignants et chercheurs. Tous les articles peuvent être republiés gratuitement sous licence "Creative Commons" alors que les autres médias font payer les republications. Les responsables de l'édition sont convaincus que l'information libre est un mode de diffusion qui se développera de plus en plus dans les années à venir. Il faut noter que le média est géré par  une organisation à but non lucratif, toute dédiée à l'intérêt général. Le site, n'accepte pas d'annonces publicitaires, vit par les contributions de ses membres. En France, les partenaires fondateurs sont : la Conférence des Présidents d'Université, l'Institut Universitaire de France, Paris Sciences & Lettres Research University, les Universités liées à la Sorbonne, l'Université Paris-Saclay et l'Université de Lorraine. En Grande Bretagne, le site est soutenu par des universités, des instituts de recherche, de la SAGE et du Welcome Trust, ainsi que d'autres fondations. En Afrique, les aides proviennent de grandes fondations et d'entreprises, mais aussi de la National Research Foundation. Aux États-Unis, le site est financé par de grandes fondations. Enfin en Australie (où "the Conversation" est né) le média est soutenu par des universités, des instituts de recherche (notamment le CSIRO), de certains membres du secteur privé comme la Commonwealth Bank of Australia, de fondations et de contributeurs individuels.

COMMENT PUBLIER DANS "THE CONVERSATION" ?

Par Julien FALGAS, Chargé de médias "Recherche" à l'Université de Lorraine (Direction de la Communication)

Le dispositif "The Conversation" a été conçu pour être le plus simple possible : des dizaines de milliers d’universitaires de par le monde y ont déjà contribué. ET POURQUOI PAS VOUS ?
C'est gratuit, facile et rapide. De plus, vous serez assistés par une équipe de journalismes professionnels qui vous aideront, si c'est nécessaire, à mettre ne forme votre contribution pour qu'elle soit accessible par le plus grand nombre. Voici la procédure concrète à suivre pour publier un article.

1) Cliquez sur "Devenir auteur" dans le bandeau supérieur de The Conversation France et suivez les instructions à l’écran pour créer votre profil.

2) Une fois identifié sur le site, rendez-vous sur votre "Tableau de bord" pour "Proposer une idée d’article" et remplissez le formulaire. A ce stade il s’agit seulement de décrire votre sujet en quelques lignes.
3) Un journaliste vous recontactera afin de définir avec vous les modalités de votre collaboration : angle de l’article, calendrier…
4) L’interface d’écriture permet de suivre l’historique de votre texte et de retrouver n’importe quel état antérieur de celui-ci au fil de la collaboration avec le journaliste.
5) Lorsque vous êtes prêt à publier, remplissez la déclaration d’intérêt et soumettez l’article pour publication.
6) Le journaliste déterminera la date de publication la plus pertinente et sollicitera votre validation définitive. Pensez à surveiller votre boîte courriel.

7) Après la publication, vous pourrez consulter les statistiques d’audience de votre article depuis votre "Tableau de bord" et, bien sûr, renouveler l’expérience !

UN ARTICLE D'ARMAND GUCKERT EST SORTI DANS "THE CONVERSATION"

Notre Président d'Honneur, Armand GUCKERT, a expérimenté la publication d'un article sur le site "The Conversation". Le texte ci-dessous, qu'il nous a adressé, a pour but de stimuler les "ardeurs rédactrices" de nos collègues émérites.

Mon expérience de publication d’un article sur "The Conversation"
(transmis par Armand GUCKERT le 27 octobre 2016)

   Après la présentation de "The Conversation" par Violaine APPEL (VP de l’UL) et Julien FALGAS (UL), lors du séminaire des Émérites du jeudi 29 septembre 2016, j’ai recontacté ces derniers pour leur proposer, en résonance avec la situation dramatique d’Alep, de rédiger un texte sur ces événements. Mon texte initial traitait essentiellement du patrimoine culturel d’Alep et de sa destruction avec une petite incidente sur la perte dramatique du patrimoine biologique et génétique du Centre de Recherches International de l’ICARDA.
   Violaine et Julien m’ont conseillé de recentrer mon article sur ce dernier point considéré comme plus original. J’ai rédigé un second papier que j’ai envoyé à la rédaction de "The Conversation France". J’ai reçu une de réponse très rapide d’Aline RICHARD ZIVOJLAVA, journaliste et éditrice, me disant que l’article convenait et qu’il était retenu pour publication. Il n’y a eu aucune modification ni correction, hormis le titre et une simple coupure relative à un aspect particulier (détails sur le tunnel de la Svalbard Vault) du fait que mon texte dépassait un peu le standard. J’ai complété la publication par l’envoi de photos que j’avais prises à l’ICARDA, donc photos sans droits. Quelques jours après, le texte est paru sur le site internet de "The Conversation".
   L’opération s’est passée très rapidement, de manière particulièrement simple et avec beaucoup de cordialité.
   Suivez mon exemple, chers Amis Émérites ; vous partagerez ainsi vos centres d'intérêt avec le plus grand nombre !

Lisez l'article d'Armand :

À ALEP, UN PATRIMOINE SCIENTIFIQUE DANS LA TOURMENTE

par Armand GUCKERT
Professeur émérite à l'Université de Lorraine,
Ancien Directeur du Laboratoire Agronomie et Environnement (INRA-ENSAIA-UL),

CLIQUEZ ICI pour lire le texte intégral de cet article dans l'environnement journalistique de "The Conversation" (26/10/2016).
JEAN-PIERRE JACQUOT A PUBLIÉ LUI AUSSI DANS "THE CONVERSATION"

Notre collègue Jean-Pierre JACQUOT, Directeur du Pôle Scientifique A2F (Agronomie-Agroalimentaire-Forêt) de l'UL, accomplit ses recherches au Laboratoire Interaction Arbres-Microorganismes de la Faculté des Sciences. Il est membre de l'Institut Universitaire de France.
Il a publié dans "The Conversation" le 02/11/2016 avec Roger POUIVET (également Professeur à l'UL, chercheur au Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, Archives Henri-Poincaré, membre de l'Institut Universitaire de France) un article intitulé : "Moi, non-moi et religions : dialogue entre un biologiste et un philosophe". Il se présente sous la forme d'une conversation entre ces deux scientifiques qui développe le point de vue d’un biologiste sur les questions du moi, du non-moi, de la métempsycose et des religions, et la réponse du philosophe.

CLIQUEZ ICI  pour accéder à cet article et n'hésitez pas à adresser vos commentaires sur son article en envoyant un mail l'adresse suivante : j2p@univ-lorraine.fr .